Ecole  d'autodéfense axée sur l'union des énergies.

 

                                       合気道自衛隊  -  Aïki-Jieitai Ryu

             

            Quelques mots sur l'Aïkido destiné aux parents

 



      Aïkido

       Créé au début des années 40, l’Aïkido est reconnu comme un art martial moderne et est homologué en 1942 par la Dai Nippon Butoku Kai de Kyoto, Japon.

Le fondateur de l’AIKIDO, Morihei UESHIBA (1883-1969), fut inspiré par les meilleurs maîtres d’arts martiaux du Japon de l’époque (écoles traditionnelles d’Aïki-Jujutsu et de Sabre).

L’arrière-plan philosophique est axé principalement sur le taoïsme et le bouddhisme zen qui jouèrent un rôle très important dans l’élaboration de cet art. A côté de ce retour aux sources de l’esprit traditionnel du samouraï, il réussit à ouvrir sa pratique à des notions plus modernes (recherche de la paix, fraternité, harmonie) et développa à partir de 1948 l’enseignement d’une discipline neuve et originale, qui commença dès 1950 à rayonner dans le monde entier.

Des techniques effectuées (grâce à l’esprit du cercle) sans heurt et visant à canaliser, à contrôler l’adversaire. Des techniques de défense à mains nues contre plusieurs adversaire(s), armé(s) ou non.

Techniques au sabre (Bokken), au bâton (Jo) et des techniques de concentration, de respiration.

Toutes les techniques visent au contrôle de l’adversaire, l’amenant à une chute et/ou une immobilisation. Il s’agit de canaliser le mouvement, la vitesse et la force de l’adversaire, de les utiliser sans rentrer en opposition avec eux. C’est ce que l’on appelle l’union des forces contraires.

Si comme au Judo, le pratiquant d’Aïkido utilise des techniques de projection et d’immobilisation pour déséquilibrer et maîtriser son adversaire, il peut également accompagner ses mouvements d’une série d’atémis, c’est à dire de coups de poing et de pied portés, comme au Karate, en des endroits vitaux du corps. Mais contrairement au Judo et au Karate qui constituent des disciplines sportives, soumises à des règles très strictes, l’Aïkidō est un art martial dont la pratique exclut toute idée de compétition. Technique de défense idéale, l’Aïkido impose de neutraliser l’agressivité de son adversaire en lui démontrant l’inutilité de son attaque.

   Discipline physique et morale complète, l’Aïkido permet d’acquérir une parfaite maîtrise de soi en assurant un développement harmonieux de l’esprit et du corps. Discipline idéale pour éduquer les enfants et canaliser leur énergie, l’Aïkido leur propose d’acquérir une maîtrise de leur corps ainsi que tous les outils pour gérer efficacement et raisonnablement une situation de conflit sans avoir recours à une violence contraire à ses principes.

Le franchissement d’obstacles, la gestion du sol, le développement de l’adresse et l’apprentissage de la stratégie en fait une discipline ludique et adaptée aux plus jeunes.

Dès 6 à 7 ans, les enfants pourront développer un sens de l’esquive, manipuler des outils et apprendre les lois physiques liées aux déséquilibres, aux leviers ainsi qu’aux vecteurs de force.

Proposant une méthode basée sur l ‘économie de mouvements et la non résistance, l’Aïkido est la self-défense idéale pour les femmes. Sans exigence d’une condition physique exceptionnelle, mais au contraire privilégiant la spontanéité et l’adaptation aux situations pragmatiques qu’elles peuvent rencontrer, les femmes sont bonnes pratiquantes. Elles s’adaptent facilement ne cherchant pas à utiliser des muscles qu’elles n’ont souvent pas et se sentent parfaitement à l’aise pour découvrir d’autres voies.

L'Aïkido est une discipline martiale de plus en plus pratiquée par les jeunes. Cette voie traditionnelle s’adapte tout à fait à notre vie moderne en nous apprenant à résoudre les conflits sans violence.

Les valeurs éducatives de l'Aïkido participent à l'éducation de l'enfant : respect du lieu où l'on pratique, respect des règles, respect du partenaire. Le jeune prend sa place dans le groupe en apprenant à se respecter lui-même et à respecter les autres.

Le développement de l'attention qui est au centre de la pratique le conduit progressivement à prendre conscience de ses capacités, de son potentiel créateur. Il travaille son attitude posturale, le contrôle et la coordination de ses mouvements. Cette voie lui enseigne la sincérité de l’action, le sens de l'effort, et à transformer le conflit.  Il s'ouvre ainsi à sa propre sensibilité.


     Qu’est-ce que l’Aïkido ?


L’Aïkido est un Art Martial japonais basé sur des mouvements circulaires destinés à projeter et à contrôler l’attaquant sans dommage. A partir d’une attaque simulée, l’Aïkido banalise l’attaque et conduit le pratiquant vers une réponse adaptée : ne pas fuir, faire face à l’attaquant avant de se déplacer et d’esquiver.  Les techniques d’Aïkido s’appuient sur la souplesse et l’utilisation de l’énergie de l’attaquant plutôt que sur la force physique. Les pratiquants développent un ensemble de principes et d’attitudes visant à résoudre les conflits de manière calme et mesurée.


            Quelles sont les valeurs éducatives de l’Aïkido ?


    « Parfaite école d’enseignement, d’expérimentation et de développement des valeurs morales et physiques des jeunes, l’Aïkido représente une méthode d’éducation complète ».

                    Physique : la pratique de cette discipline améliore la santé par :
un développement harmonieux de toutes les parties du corps,
l’augmentation de la souplesse,
la correction de l’attitude (colonne vertébrale),
le contrôle de la respiration,
la relaxation,
l’endurance ....

                     Technique : l’étude des mouvements impose l’étude :
du déséquilibre,
la connaissance et l’utilisation de l’énergie,
le développement des réflexes.

                      Morale : le respect du Bushido, code d’honneur et de morale traditionnel des Arts Martiaux japonais, et l’esprit particulier de non-violence caractérisant l’Aïkido, permettent au pratiquant d’acquérir les valeurs morales les plus élevées telles que :
politesse,
modestie,
bonté,
loyauté,
fidélité,
honneur,
courage et parfaite maîtrise de soi.


          A quel âge peut-on débuter la pratique de l’Aïkido ?


Les techniques d’Aïkido privilégient la souplesse plutôt que la force. On peut pratiquer à partir de 6 à 7 ans.

 

                  Combien de temps par semaine faut-il pratiquer l’Aïkido ?


L’Aïkido peut se pratiquer une ou deux fois par semaine dans le club. La fédération et école organise par saison plusieurs stages régionaux qui sont l’occasion de rencontrer d’autres jeunes pratiquants.


     Combien coûte la pratique de l’Aïkido ?


Pour pratiquer l’Aïkido il est nécessaire d’acquérir :
l’assurance  annuelle, et une cotisation annuelle ou trimestrielle (se renseigner auprès du club), la cotisation servant à payer les charges du club).
une tenue d’entraînement (KEIKOGI) appelée familièrement KIMONO, et une ceinture blanche pour les débutants.
Le port du "Hakama" (jupe culotte noire) se porte à partir de la ceinture noire 1er Dan.


                       


   Quels sont les grades en Aïkido ?


   Il existe deux types de grades en Aïkido :
les KYU (ceintures de couleur) : blanc, jaune, orange, vert, bleu, marron.

Les DAN (ceinture noire)


Comment se déroule une séance ?


   Une séance d’Aïkido comprend généralement 3 temps :
la préparation (ou échauffement) : son but est d’échauffer le corps et les articulations. Il est important d’arriver à l’heure au cours afin de participer à l’échauffement.
le cours proprement dit : étude des mouvements de l’Aïkido. L’enseignant adapte le cours au niveau des élèves et à leur âge.
le retour au calme : c’est un temps privilégié pour revoir les mouvements appris et pour calmer sa respiration avant le salut final


 Pourquoi saluer avant et après chaque cours ?


Le premier salut se fait vers le mur d’honneur (KAMIZA en japonais). Il s’agit d’un signe de respect envers le fondateur de la discipline.
le deuxième salut est pour le professeur, en signe de respect et en remerciement de la peine (et parfois de la patience) qu’il se donne pour transmettre ce qu’il a appris.


   Quels risques pour mon enfant ?


L’Aïkido est une discipline où bien peu d’accidents sont recensés.


     Y a-t ’il des compétitions en Aïkido ?


La vie moderne est compétition, agression, et écrasement de l’autre par la violence. Le but de l’Aïkido n’est pas de diviser les pratiquants entre gagnants et perdants, forts et faibles, mais de leur donner les moyens de répondre avec calme, mesure et efficacité à une agression qui, par définition, n’a pas de règle. Il n’y a donc pas de compétition en Aïkido.


                                 

           INDICATIONS ET BENEFICES POUR LA SANTE


         Pour le rachis et les articulations :


Tant les exercices préparatoires que la pratique elle-même sollicitent en douceur et sans contrainte la colonne vertébrale et l’ensemble du système articulaire, tout en respectant la souplesse de chacun et ses amplitudes articulaires. Le « manque de souplesse » initial ne représente nullement un obstacle pour débuter l’AÏKIDO, d’autant qu’une pratique régulière améliorera les capacités au fil du temps. L’apprentissage des chutes, qui sont des chutes contrôlées où le pratiquant descend au sol sans heurt, permet un massage de la colonne vertébrale et une amélioration de l’équilibre et de la souplesse.


            Pour le système musculaire :


Les étirements, l’utilisation du relâchement plutôt que de la force, la fluidité des déplacements et de la gestuelle, la recherche d’un équilibre dynamique contribuent à un renforcement du tonus musculaire sans risque de déchirure ni rétraction.


              Pour le système respiratoire :


En AÏKIDO, la gestion du souffle est très importante : une bonne coordination des inspirations et des expirations apportera plus de relâchement et donc d’efficacité aux techniques. Lors de la phase préparatoire au cours, l’accent est mis sur la respiration abdominale volontaire et profonde. La pratique régulière des exercices préparatoires et des techniques d’AÏKIDO, parce qu’elle respecte les capacités respiratoires initiales de chacun, permet de développer ce potentiel.


                 Pour le système cardiaque et vasculaire :


La fluidité dans la gestuelle et les déplacements, la recherche d’un rythme régulier, l’adaptation à la physiologie de son partenaire, l’absence de compétition et de volonté de domination, tous ces éléments participent à faire travailler le cœur en endurance la majeure partie du temps. Certaines techniques plus toniques, plus amples et plus rapides, permettent au cœur de travailler plus brièvement en résistance. C’est cette juste alternance endurance/résistance qui apporte ses bénéfices au long cours aux pratiquants de l’AIKIDO.

 

          Pour le système nerveux :


L’apprentissage de l’AIKIDO fait appel à l’observation visuelle, à la compréhension intellectuelle et à la mémorisation des techniques (et de leur terminologie japonaise), puis à leur intégration corporelle,  il demande également une adaptation constante et rapide aux situations et à son partenaire. Cette sollicitation permanente, tant psychique que physique, parce qu’elle invite à vivre pleinement l’instant présent, est source de nombreux bénéfices : diminution du stress, relâchement des tensions, gain de confiance en soi, développement des capacités sensorielles visuelles et sensitives, de l’estime des autres et de soi… Le développement d’une meilleure perception de son propre corps et de son environnement contribue à améliorer l’équilibre, tant statique que dynamique.


       Pour le système digestif :


La pratique régulière de l’AIKIDO, dynamique et sans heurts, associée à une bonne hydratation, favorise la régularité du transit. Lors de la phase préparatoire au cours, les exercices respiratoires contribuent au relâchement du diaphragme et à la détente de l’abdomen, les exercices de gainage renforcent les muscles abdominaux. La tonicité périnéale est également améliorée par la contraction volontaire de cette région lors des différents exercices et techniques.